VOUS AVEZ LA PAROLE !

Cet espace vous est réservé !
Vous voulez partager des réflexions, des commentaires, adressez-nous un email avec vos textes et vos photos, nous les mettrons en ligne sur cette page.
À vos claviers !
Les webmasters

<<  Précédent     008/024     Suivant  >>


16-07-2015

Évidemment, ce n'est pas Charles Péguy qui nous a fait parvenir ce texte ! On aurait bien aimé...
Merci à vous de nous en avoir proposé la lecture :

J'ai rêvé de quelque chose de plus ...

Je regarde mes fils en vacances, dit Dieu,
Parce que c'est moi qui les ai créés à mon image,
Et même quand ils se reposent, ils sont à ma ressemblance.
Moi aussi, après la création, j'ai pris le loisir
De regarder mon oeuvre et me suis reposé.
Je suis pour le repos, dit Dieu.
Bien entendu, le repos après le travail dont j'ai donné l'exemple.
Et mon Fils Jésus, au temps où il maniait la varlope à Nazareth,
Vous croyez qu'il ne se reposait pas avec joie ?
C'est pourquoi j'aime que vous soyez en vacances.
Quand je vous vois incapables de rester en place, dit Dieu,
À tourner et tournoyer comme des fourmies en déroute,
Je me dis que vos vacances, au fond, ce n'est pas un repos.
Cette agitation, c'est même un piège du malin
Qui vous empêche de penser à vous, et aux autres
Et à moi qui suis votre Père du ciel.
Je regarde mes fils en vacances, dit Dieu, et je ne trouve pas
Qu'ils aient tellement l'air d'être en vacances.
Mais je ne trouve pas non plus qu'ils aient l'air d'être mes fils.
Sur les plages, qui sont belles et si bonnes
- je le sais bien, moi qui les ai faites -
Ils sont là étendus,
Et malgré la clarté de mon soleil, ce n'est pas un joyeux tableau.
Ils me font penser à ces pauvres gens dont mon fils a eu pitié,
Autrefois en Palestine,
Las et prostrés comme un troupeau abandonné.
Je n'ai rien contre les corps bronzés et les bains de soleil, dit Dieu.
Le soleil je l'ai créé moi-même.
Et l'homme, et aussi la femme, je les ai vus au printemps du monde
Au temps de leur innocence,
Aller et venir, sur la terre, comme ils étaient nés...
Et ça ne m'offusquait pas.
Mais ce que je n'aime pas dans ces multitudes,
C'est qu'elles s'ennuient
Et qu'elles ont l'esprit vide.
On dirait que ces âmes aussi sont parties en vacances,
Abondonnant les corps sur le sable comme les poissons échoués.
Et ça, dit Dieu, ça ne me plait pas.
Boire, manger, dormir, se multiplier, dit Dieu,
Je n'en demande pas plus aux animaux que j'ai créés.
Mais pour l'homme,
Qui est mon fils,
J'ai rêvé de quelque chose de plus,
Même et surtout quand il est en vacances.

Charles Péguy


<<  Précédent     008/024     Suivant  >>